Se former à l’international grâce au Master NTCI – Partie 2

Dans ce deuxième article sur les expériences à l’international des étudiants du Master NTCI, nous vous présentons cette fois les témoignages d’étudiants français qui ont fait un stage à l’étranger :

Kévin – Vietnam

Kévin a fait un stage de quatre mois à Hanoi, au Vietnam. Ayant l’habitude de sortir de sa zone de confort et ouvert d’esprit de nature, l’adaptation à la vie en Asie n’a pas été trop difficile. « Le stage en lui-même a été très intéressant, même si l’environnement de travail n’a rien à voir avec ce que l’on peut rencontrer en France. », nous a-t-il raconté. Il ajoute : « évoluer au sein d’une équipe Vietnamienne et francophone a été une réelle expérience et m’aidera pour ma future carrière professionnelle notamment en termes d’adaptation, d’écoute et de travail d’équipe ». Il pense que le Vietnam est un pays culturellement riche et que les vietnamiens sont en grande partie accueillants. Cette expérience lui a été enrichissante tant au niveau professionnel que personnel (connaissances du patrimoine, de la gastronomie, du mode de vie, etc.). Il souligne : « je pense que ces quatre mois m’ont apporté plus de maturité et d’ouverture sur le monde, et m’ont permis à relativiser davantage l’importance de certaines choses. J’encourage quiconque intéressé par le Vietnam à visiter ce pays en plein développement et qui a tant à offrir ! »

kevin

Florence – Canada

Ayant passé des vacances à Montréal et à Québec, elle connaissait le pays et a facilement rencontré des québécois. Elle avait toujours eu envie d’y retourner mais pour travailler et pour découvrir leur mode de fonctionnement en entreprise. Arrivée en plein hiver à partir de janvier, elle a dû s’adapter aux conditions climatiques : « ça n’a pas été trop difficile car j’étais bien équipée » plaisante-t-elle. D’ailleurs, elle a apprécié beaucoup de choses en entreprises qui étaient différentes de celles en France, comme le fait que l’on puisse s’habiller comme on le souhaite au bureau, jusqu’à être en chaussettes. Les relations entre collègues sont directes et tout le monde se tutoie, ce qui peut surprendre. Il faut aussi s’habituer à la façon de parler (vocabulaire, syntaxe, accent) même si la langue est similaire. Le québécois n’est pas facile à comprendre pour un français, et vice versa. Elle adore la culture québécoise, les gens sont vraiment gentils, ouverts et drôles. « Ce qui m’a un peu dérangé, c’est qu’il y a beaucoup de français qui se sont expatriés à Montréal et certains québécois se sont lassés de cette immigration massive, jusqu’à ne pas vouloir créer des liens avec des français. » De plus, elle a beaucoup apprécié les voyages à Boston et à New York aux États-Unis, qui sont assez proches. Elle aime aussi Québec parce que l’on est très proche de la nature. Pendant les week-ends, on peut facilement partir dans un chalet avec des amis, près d’un lac, ou faire des activités d’hiver. Elle espère y retourner un jour pour travailler ou vivre une expérience plus longue !

17359473_10212293812481479_801805874770336150_o

Nouvian – Angleterre, Allemagne

Après un stage de cinq mois à Londres, Nouvian a découvert une ville fantastique, diversifiée, où les gens sont courtois et bien élevés. « Avant d’y aller, j’appréhendais les clichés sur les Anglais. Certains de se sont avérés être véridiques… ». Elle a aussi avoué avoir passé les premiers mois à s’adapter, mais tout s’est bien passé après avoir pris ses marques. Elle a trouvé que Londres est une ville assez communautariste. En tant qu’étudiante de parcours anglais-allemand, elle a passé trois mois dans la ville touristique d’Hambourg, en Allemagne. Au début, elle a eu le même problème que beaucoup d’étrangers : il n’était pas facile de rencontrer des gens. Elle nous a raconté : « Les gens ne socialisent pas au premier abord. Il y a tout un protocole à suivre. Ça déroute un peu quand on ne s’y attend pas ».

Nouvian

Céline – Irlande, Espagne

Après le lycée, Céline a constaté ses faiblesses dans le domaine linguistique et a décidé de séjourner à l’étranger pendant 10 mois pour se donner les moyens d’intégrer le cursus LEA. Elle a réalisé son premier séjour en Irlande, pendant six mois, avant d’aller à Salamanque en Espagne pendant quatre mois. Après sa licence, Céline est repartie un mois à Cambridge et un mois à Tenerife en suivant des cours, cette fois pour des thèmes de spécialité aux affaires. Un stage de six mois à Barcelone lui a permis de perfectionner son niveau d’espagnol ainsi que de développer son réseau professionnel. A la question “quel a été le séjour que tu as le plus apprécié ?” , Céline m’a répondu sans hésitation : “l’Irlande. La première fois que j’y suis allée, je ne parlais pas un mot d’anglais, et toutes les personnes avec qui j’ai étais en contact m’ont aidé. C’était une atmosphère très conviviale. Ils m’ont fait découvrir leur culture, leur famille, leurs amis et tout le folklore attaché à l’Irlande. Si on me proposait de travailler en Irlande, j’accepterais immédiatement.”

27140192_1418728348235523_366850763_o

One Reply to “Se former à l’international grâce au Master NTCI – Partie 2”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *