Le secteur de la cosmétique en Afrique du Sud

De nos jours les produits cosmétiques sont très tendances sur le marché européen et attirent de nombreux investisseurs. Certains marchés ne sont pas à ignorer tel que le marché sud-africain.

En effet, l’Afrique du Sud a un fort potentiel concernant la cosmétique ; celui-ci connait :

  • L’apparition d’une nouvelle classe moyenne
  • Une élite avec un fort pouvoir d’achat
  • Un pouvoir d’achat semblable aux pays développés pour 12 millions de Sud-Africains
  • Une ouverture sur l’Afrique Sub-saharienne avec 60% des exportations vers ces pays
  • L’Afrique du Sud : 1er marché en valeur sur la totalité des secteurs de la beauté en Afrique

De plus, ce pays a un réseau de distribution qui est performant et bien organisé. L’Afrique du Sud compte de nombreux grands magasins, supermarchés, boutiques spécialisées dans la cosmétique et pharmacie et de nombreux instituts de beauté et spas. Le secteur de la cosmétique connait une croissance annuelle de 11% et ce marché est évalué à 2 Milliards d’euros.

Opportunité du marché

cape-agulhas-758228_1920La France a donc une grande occasion d’exporter vers ce pays puisque celle-ci est son premier pays fournisseur de parfums et eaux de toilette. De plus, les professionnels et consommateurs locaux ont une agréable image de l’offre française et demandent davantage de produits bios et naturels. L’Afrique du Sud tente de développer le marché masculin qui pourrait être un avantage pour les investisseurs français.

Favoriser la fabrication locale

Connaissant une forte croissance du secteur de la cosmétique et constatant que les grandes marques mondiales exportent leurs produits sans favoriser la production locale, de nombreux gouvernements tels que celui du Bénin, du Togo et du Cameroun ont décidé de taxer ces marchandises aux prix fort. Les gouvernements souhaiteraient que les firmes cosmétiques aillent s’implanter sur le territoire afin de créer des emplois et aider la population locale ; comme la prestigieuse marque L’Oréal.

Forte concurrence

Les grandes marques internationales telles que L’Oréal, Unilever et Procter & Gamble détiennent ensemble 30% du marché sud-africain. Les industriels locaux comme Clicks & Dickom et Amke cosmetics ont des difficultés à trouver leur place. Ils sont quelques dizaines à affronter les produits d’importation. Ils ont pourtant l’avantage de proposer des produits adaptés aux peaux noires et aux cheveux crépus mais cela ne suffit pas. La plupart des consommateurs préfèrent acheter des produits de marques internationales importées même si elles ont une efficacité moindre et d’autres choisissent la contrefaçon.

Produits phares

Pour investir en Afrique du Sud il est nécessaire de penser à des produits cosmétiques ayant une forte demande tels que les  produits anti-âges, bio et naturels, ethniques, compléments alimentaires beauté, cosmétiques pour hommes. A l’inverse, des produits venant d’Afrique sont très appréciés par les français. En voici une liste :

  • Cumin noir : Le cumin noir sert à la fabrication d’une huile traditionnelle utilisée comme remède depuis l’Egypte ancienne. On le retrouve aujourd’hui dans l’Europe de l’Ouest pour ses vertus cutanées, parfois aussi dans des crèmes pour le corps.
  • Khôl : C’est l’un des produits de beauté les plus anciens au monde. Dans le désert, il est utilisé pour se protéger de la lumière et du sable. Il permet d’offrir un regard plus lumineux et plus intense; c’est le secret du regard captivant des femmes orientales.
  • Aloe vera: Cette plante aussi appelée Lys du désert provenant de l’Afrique du Nord est cultivée notamment pour ses vertus médicinales, comme par exemple le traitement des infections de la peau. L’Aloe vera lutte aussi contre le vieillissement de la peau, la cicatrisation et le traitement de brûlures cutanées.
  • Cacao: produit en Afrique, le cacao est de plus en plus utilisé dans la fabrication de produits de beauté. Ingrédient phare de nombreuses crèmes raffermissantes, il permet de diminuer les vergetures et de combattre la cellulite.
  • Beurre de karité: Le beurre de karité, originaire de l’arbre qui porte également ce nom, renferme d’incroyables vertus réparatrices pour la peau.
  • Pierre d’alun: Cette pierre de couleur blanche translucide neutralise la transpiration et élimine les mauvaises odeurs. La pierre d’alun est aujourd’hui le composant favori des déodorants.
  • Huile d’argan: Riche en vitamine E et en antioxydants, cette huile est utilisée à la fois pour ses bienfaits cosmétiques et nutritifs. Adorées par de nombreuses personnes pour ses vertus anti-âges et hydratantes, l’huile d’argan est aujourd’hui l’une des huiles les plus chères au monde.

Par Olivia BODIN

Sources :

  • http://export.businessfrance.fr/Galerie/Files/Agenda/Plaquette-RA-Cosmetiques-Afrique-du-Sud-8-11-Septembre-2014.pdf
  • http://www1.rfi.fr/fichiers/MFI/EconomieDeveloppement/939.asp
  • http://www.lemoci.com/actualites/entreprises-secteurs/cosmetiques-le-grand-marche-sud-africain-ouvre-sur-le-reste-du-continent/
  • http://www.slateafrique.com/92127/petite-selection-des-produits-de-beaute-d-afrique-cosmetique

2 Replies to “Le secteur de la cosmétique en Afrique du Sud”

  1. GERMAINE AKPOVO

    BONJOUR
    J’ APPRECIE LE DOCUMENT ET JE VOUS REMERCIE
    MAIS JE SUIS RESTEE SUR MA FIN
    PEUT ON CONNAITRE LA CONSOMMATION ANNUELLE DE BEURRE DE KARITE ET DE CACAO EN AFRIQUE DU SUD?
    EXISTE T;IL EN AFRIQUE DU SUD DES USINE DE TRANSFORMATION DES NOIX DE KARITE ET DE CACO?
    PEUT ON SAVOIR LES IDUSTRIES UTILISATRICES DES BEURRE DE KARITE ET CACAO EN AFRIQUE DU SUD

    Répondre
    • Master 2 NTCI Post author

      Bonjour Germaine,
      Merci pour votre commentaire.
      Malheureusement, nous ne sommes pas en mesure d’apporter des réponses à vos questions. Cet article datant de Février 2016, nous ne connaissons pas l’état actuel de la consommation des huiles et cosmétiques en Afrique du Sud.
      N’hésitez pas à lire nos articles plus récents.
      Merci de votre visite et à bientôt !

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *